L'entrée du Centre l’Espoir à Bassam
L'entrée du Centre l’Espoir à Bassam. © Tomas Wüthrich
 

L’ONG l’Espoir a été créée le 11 novembre 1998 à Adjouffou.

Le Centre L’Espoir Un, le dispensaire, a été inauguré le 1er février 1999. Il était organisé à partir de trois conteneurs aménagés en chambres, deux d'entre eux contenaient 4 lits chacun et le troisième contenait le bureau de consultations du médecin et le bureau sociale. Il y avait aussi un grand appâtâmes, des sanitaires avec deux toilettes/douches complétaient les installations.

Cinq personnes seulement faisait fonctionner ce centre qui accueillait quotidiennement plus de cents malades et bébés mal nourris: Un médecin, une infirmière, une technicienne de surface, un gardien et Lotti Latrous elle-même. Ils n’avaient que peu de moyens, mais un cœur et une compassion immense pour cette population oubliée de tous, dont aucun n’avait les moyens de se faire soigner dans un hôpital public.

Très vite on réalisait qu'il faudrait s’équiper pour pallier l’impossibilité de ces personnes d'accéder aux soins et traitements hors de leur portée. En outre la mortalité étant fréquente dans le dispensaire, les gens avaient peur de venir se soigner. On se trouvait alors dans l’obligation de construire un endroit qui pouvait accueillir ces personnes mourantes sans déranger le dispensaire. Un endroit où ils pouvaient mourir dans la paix et la sérénité.

En 2002 un petit hospice était donc construit avec très peu de moyens - 30 malades y pouvaient être logés. Cet endroit allait s’appeler Centre Espoir d’Eux, leur Espoir à Eux, les malades infectés du VIH–SIDA. Car dans ces années-là nous ne bénéficions que d’une Bi-thérapie et tous les patients infectés par ce virus mourraient.

Des centaines de mamans mourraient et nous laissaient parfois des enfants, également infectés, sans aucune famille. Il était donc absolument nécessaire de construire une maison pour accueillir tous ces enfants orphelins infectés, et notre maison des enfants - le Centre Trois - a ouvert ses portes en 2007.

Comme le gouvernement tient à agrandir l’aéroport d’Abidjan il est planifié depuis longtemps de démolir les bidonvilles autour de l’aéroport. Et comme cette démolition peut se dérouler à tout moment (à d’autre endroits des bidonvilles ont déjà été démolit) Lotti et Aziz ont commencé à chercher un nouvel endroit pour installer les Centres. Après beaucoup d’efforts en 2015 un terrain a finalement pu être trouvé et acheté et avec beaucoup de fortune la maison d’à côté a pu être acquis. Après une courte durée de planification et construction de 18 mois seulement sous la direction d’Aziz Latrous le nouveau Centre à Grand Bassam a pu ouvrir ces portes. Et tous sont venus avec, les patientes, les enfants et tout le personnel, toute la famille. Les noms Centre Espoir Un (vous en lirez plus ici) et Centre Espoir D’Eux (vous en lirez plus ici) y resteront, même si les deux lieux sont aujourd’hui l’un à côté l’autre. Et les enfants ont pu emménager dans la maison voisine «LOAZIZ d’Espoir» (vous en lirez plus ici) où ils ont enfin trouvé de la place et de la paix dans la maison mais aussi dans le magnifique jardin avec ses grands arbres.

Maintenant, après plus de 18 ans de fonctionnement, nous avons recruté plus de 80 employés locaux qui connaissent tous leur travail et qui trouvent chez nous de bonnes conditions d’emploi. De ces employés 20 pour cent sont infectés du VIH-SIDA, parfois ils étaient hospitalisés dans notre hospice. Ils sont en parfaite santé grâce à leur traitement qui leur permet de travailler et de gagner leur vie et de nourrir leurs familles.

La Fondation Lotti Latrous a été créé en l’an 2005.